The Drink Team … et saucisson

L'association de plusieurs passionnés permet de surmonter les difficultés inhérentes à la restauration de voitures anciennes

 

Modification des poussoirs

La modification des poussoirs
Dans la chasse au poids des pièces de la distribution, les poussoirs me semblaient très perfectibles.

poussoir origine

Ils étaient – pour des raisons économiques – réalisés en acier massif avec un minimum d’usinage. Ils pouvaient être très sensiblement allégés en les rendant creux sans altérer leurs caractéristiques mécaniques initiales en conservant leurs aptitudes à supporter les efforts en compression. La démarche est évidente, mais beaucoup plus facile à dire qu’à réaliser. Après divers essais plus ou moins heureux, voici la façon de procéder qui m’a apporté les résultats attendus:

- Reprendre au tour avec un outil équipé d’une pastille de carbure (le traitement de surface des poussoirs est TRES dur) l’extrémité d’un poussoir, pour en diminuer son diamètre de 10 à 12/100èmes de mm sur environ 10 mm de long. Pour cette opération, il faut au préalable réaliser un genre de fourreau pour pouvoir le prendre convenablement dans le mandrin du tour.

Modif poussoir étape 1

Le diamètre extérieur du rond utilisé pour réaliser le fourreau qui permet de serrer le poussoir dans le mandrin doit être supérieur au diamètre de la tête du poussoir. Le diamètre interne fait 12mm et un trait de scie longitudinal lui donne l’élasticité requise pour un serrage efficace. Sur cette photo, il est toutefois trop court; j’en ferai un plus long de 10mm par la suite

- Faire ensuite un épaulement d’environ 5mm de long avec un diamètre de 8,04mm à environ 4mm de l’extrémité coté rotule.

Modification des poussoirs img_9407-300x225

Une fois la couche superficielle d’acier traitée supprimée,  l’usinage devient plus facile

img_94081-300x225

L’épaulement terminé, on le scie à l’extrémité de l’épaulement pour récupérer l’embout femelle

IMG_4540

Avec une petite fraise de 5 mm on évide ensuite l’intérieur de l’épaulement que l’on vient de faire; c’est encore 2 grammes en moins!

 Evider ensuite le corps du poussoir sur toute sa longueur cylindrique restante en deux passes: d’abord avec un forêt de 5 mm sur environ 42mm puis avec un forêt de 7,8 mm sur environ 38mm

Modif poussoir étape 4

L’usinage « du puits central » se fait aisément car le traitement thermique (trempe par induction?) est superficiel et fait environ 1,5 millimètre d’épaisseur*.

* Précisons à ce sujet que nos premières tentatives ont été réalisées avec un alésage de 9 mm (ce qui nous donnait un poussoir un  peu plus léger qu’avec un trou de 8mm). Avec un corps de 12 mm en acier dur, l’épaisseur résiduelle (1,5 mm) était largement suffisante pour supporter la charge. Malheureusement, la partie restante en acier trempé manquait de souplesse pour accepter un emboitement pressé et se traduisait par une fissure quand il y avait 1 centième en trop! En réduisant à 8 mm le diamètre interne, la petite couche d’acier « souple » résiduelle permettait d’accepter nos petits écarts de tolérance.

On termine l’usinage du puits avec un alésoir pour obtenir un diamètre interne compris entre 8 et 8,02mm

Modif poussoir étape 5

Modif poussoir étape 7

Voila ce que donne le corps de poussoir alésé à 8mm sur sa partie cylindrique (c’est à dire presque sous la tête). L’extrémité sciée a été surfacée et chanfreinée pour avoir une surface de contact propre avec l’embout qui sera rapporté.

La dernière opération consiste à presser la tête du poussoir préalablement découpée dans l’alésage qu’on vient d’usiner. Pour réaliser l’emmanchement pressé (l’épaulement est environ 2 /100èmes plus gros que l’alésage) j’utilise la puissance des mâchoires de mon étau!

IMG_4542

Voilà, c’est terminé … pour le premier poussoir; il y en a encore 7 à modifier. C’est pas mal de travail, mais ici le gain de 25 grammes* est spectaculaire et je crois que cette modification vaux son pesant de cacahouètes.

IMG_1330

* En réalité, en réduisant le diamètre du puits interne à 8 mm (au lieu de 9 comme initialement prévu) le gain n’est plus que de 22 grammes.

La réduction d’1 ou 2/10èmes sur le diamètre extérieur de l’embout femelle est nécessaire car la précision d’un tour ordinaire ne peut pas garantir la parfaite concentricité au centième près entre les deux pièces une fois celles ci assemblées. Le poussoir modifié devient plus court d’environ 5mm (1,5 mm de trait de scie et 3,5 mm d’emboitement). Cela ne gène en rien car d’origine, came en position fermée, le poussoir déborde d’environ 3mm de son alésage de guidage. Ce raccourcissement permet à la fois de gagner du poids, de réduire les surfaces de friction et de faire un mini réservoir d’huile en haut de son alvéole quand il est en position soupape fermée!

En association avec un arbre à cames retaillé, il nous faudra donc prévoir des tiges de culbuteurs un peu plus longues (environ +7mm). Ca tombe bien, on a appris à en faire et ça sera l’objet de ma prochaine page ….

Dans :
Par nanard289
Le 28 août, 2011
A 22:59
Commentaires : 0
 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

malcommo |
controle technique automobi... |
Livraison,Rapide,Discrete e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elecrazy
| Racing Team 21
| FATYZ : ACTROS DRIVER