The Drink Team … et saucisson

L'association de plusieurs passionnés permet de surmonter les difficultés inhérentes à la restauration de voitures anciennes

 

Controle de la hauteur du piedestal

Contrôle de la hauteur du piédestal

Le changement des sièges de soupapes, des soupapes, des coupelles et le retaillage de l’arbre à came avec des levées plus importantes nécessite de vérifier – et de corriger éventuellement – la position relative de l’axe du culbuteur par rapport à l’extrémité des queues de soupape. Pour bien appréhender cette notion de position relative (qui est souvent négligée)  entre ces deux pièces, voici quelques croquis qui aideront à la compréhension.

 Sur le croquis ci-dessous, c’est la disposition idéale: à mi-ouverture de la soupape, le point de contact du doigt du culbuteur à l’extrémité de la soupape forme un angle droit avec l’axe de rotation.

Cinematique culbuteur 1

 Avec une levée de soupape supérieure que nous donne un arbre à came retaillé, toutes choses égales par ailleurs, il est nécessaire de redescendre légèrement l’axe de rotation des culbuteurs pour conserver à mi-ouverture un angle droit entre le point de contact et l’axe de rotation du culbuteur. La valeur théorique de la hauteur à réduire est égale à la différence des levées (avant/après) divisée par 2. En pratique il est préférable de mesurer exactement la position relative des pièces entre elles. Cette mesure tient compte de la modifications éventuelle des sièges et des nouvelles soupapes …

Cinematique culbuteur superposee- 2R

 Pour des raisons de commodité de représentation, le guide de la soupape a été dessiné perpendiculaire au plan de fixation du piédestal. En pratique, il faut tenir compte de l’angle formé par le guide et corriger la hauteur H en faisant intervenir nos souvenirs de trigonométrie 

Sur les moteurs Renault de cette génération, les axes de la rampe des culbuteurs sont supportés par un piédestal (composé de 5 lunettes);  c’est son embase qui doit être rectifiée pour être ajustée à la hauteur optimale. Toutes les opérations qui suivent seront à réaliser à la fois pour une soupape d’admission et pour une soupape d’échappement. La base du piédestal étant commune aux deux axes, c’est la moyenne de la correction entre les deux valeurs qui sera retenue.

La première opération de contrôle, consiste à mesurer la levée maximale de la soupape.

On fait un montage à blanc et on installe un comparateur (avec une course de 15mm) au droit d’une soupape pour mesurer la valeur de son ouverture. C’est aussi l’opportunité de vérifier le calage* de l’AàC. Le jeu de soupape est ici réduit à son minimum (tige simplement tournante) mais pour vérifier le calage on mettra des jeux de 1mm pour éviter le début de la rampe qui n’est pas significative (rampe de silence). La valeur d’ouverture sera appelée LS. A titre d’exemple nous allons prendre ici LS = 10,60mm 

IMG_0603

 

Déterminer ensuite la hauteur de débordement entre le dessus de la coupelle et l’extrémité de la queue de soupape (une jauge de profondeur fait très bien l’affaire).

Faire ensuite une cale de référence spéciale avec d’un coté un lamage (ou un trou débouchant)  suffisamment large (diamètre 10mm) et profond (cote de débordement +1mm) pour pouvoir y encastrer facilement la partie débordante de la queue de soupape. De l’autre coté, il faut usiner un épaulement dont la valeur sera calculée comme décrit ci-après. Comme c’est la surface de la coupelle qui va nous servir de surface de référence pour la mesure, il faudra donc tenir compte également de ce décalage dans le calcul de la hauteur idéale du piédestal

Cale speciale

On aperçoit à droite sur la cale spéciale le lamage destiné à encastrer la partie débordante de la tige. L’autre extrémité de la cale a été usinée pour obtenir un jeu de 1mm lorsque la hauteur du piédestal est correcte. 

Pour obtenir la valeur de l’épaulement à réaliser, il suffit de mesurer et d’additionner les valeurs positives:

- Diamètre de l’axe de la rampe des culbuteurs divisé par 2: soit 6mm (l’axe d’origine a un diamètre de 16mm mais le montage avec les cages à aiguilles a nécessité une réduction à 12 mm)

-  Débordement de la tige de la coupelle (que nous avons mesuré toujours pour notre exemple) 2,70mm.

- Jeu de 1mm supplémentaire.

Total des valeurs positives:

6 + 2,70 + 1 = 9,70mm

 Ensuite, il faut retrancher la valeur négative:

 - Levée de la soupape divisée par 2 soit 5,30mm

 La valeur de l’épaulement à usiner dans la cale sera donc dans notre exemple de 9,70 – 5,30 = 4,40mm

 Controle position axe culbuteur

 Il suffira ensuite de présenter la cale bien assise sur la coupelle d’une soupape et de vérifier le jeu entre la génératrice supérieure de l’axe de la rampe de culbuteur et la cale « spéciale »… avec un jeu de cale standard. Si le jeu est de 1mm: c’est parfait il n’y a rien à retoucher. Si le jeu fait seulement 0,40mm, on en déduit que le piédestal est trop haut de 0,60mm et qu’il faut le rectifier d’autant*. Il est très rare d’avoir un piédestal trop bas (jeu > à 1mm)

* Quand le plan de joint du piédestal n’est pas à angle droit avec l’axe du guide (c’est notre cas), il faut corriger la valeur trouvée en la multipliant par le cosinus de  cet angle (soit environ  0,9 pour un angle de 25°)

  Bien évidemment, la valeur à rectifier sera la moyenne entre la rampe coté admission et la rampe coté échappement. Dans mon cas, ces deux valeurs étaient sensiblement identiques.

La rectification du piédestal se fait en deux phases. Dans un premier temps il faut rectifier le dessus pour constituer une bonne surface de référence (on rectifie jusqu’à obtenir une portée uniforme)

Piedestal 1

Ensuite, on peut retourner l’ensemble et retirer la quantité selon les mesures précédentes. Je vérifie ici avec un trusquin de précision que la quantité retirée est bien conforme à mon attente mais il n’y a pas de problème, c’est Dreyfus qui s’en est occupé

Ici, je contrôle la hauteur des axes avant usinage

IMG_6233

* Calage de l’arbre à came: Opération qui consiste à vérifier sur chaque cylindre les durées d’ouverture et de fermetures des soupapes par rapport à la position angulaire du vilebrequin. Plusieurs angles sont à contrôler:

- l’AOA : c’est l’angle d’Avance à l’Ouverture de la soupape d’Admission (la soupape d’admission s’ouvre avant que le piston n’est atteint son PMH)(Point Mort Haut)

- le RFA: c’est l’angle de Retard à la Fermeture de la soupape d’Admission (la soupape se referme après que le piston ai  passé le PMB) (Point Mort Bas)
- l’AOE: c’est l’angle d’Avance à l’Ouverture de la soupape d’Echappement (la soupape d’échappement s’ouvre avant que le piston n’est atteint son PMB).

- le RFE: c’est l’angle de Retard à la Fermeture de la soupape d’Echappement (la soupape se referme après que le piston ai  passé le PMH)

- le LSA (Lobe Separation Angle): c’est l’angle qui est constitué entre la position de la came d’admission et la came d’échappement lorsqu’elles sont en levée maxi

Dans :
Par nanard289
Le 1 septembre, 2011
A 0:46
Commentaires : 0
 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

malcommo |
controle technique automobi... |
Livraison,Rapide,Discrete e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elecrazy
| Racing Team 21
| FATYZ : ACTROS DRIVER