The Drink Team … et saucisson

L'association de plusieurs passionnés permet de surmonter les difficultés inhérentes à la restauration de voitures anciennes

 

Partie 4: Restauration d’un moteur 2.2L Lotus de Talbot Sunbeam

Depuis plusieurs années déjà, l’idée de refaire un moteur Lotus de Talbot Sunbeam en remplaçant quelques pièces d’origine par des pièces plus modernes – et plus abordables – me paraissait être un challenge intéressant.  Je trouvais en effet scandaleux que quelques revendeurs peu scrupuleux osaient vendre des jeux de coussinets « certifiés d’origine » trois fois plus cher que des coussinets modernes pourtant beaucoup plus performants. L’idée au départ était donc d’adapter ces pièces modernes dans un bloc ancien. Indépendamment du prix attractif et des performances supérieures apportées qu’offriraient ces nouvelles pièces, j’étais quasiment sur que dans 10 ans je trouverai toujours ces pièces adaptées aujourd’hui, alors que pour celles d’origines, la réponse à cette question serait beaucoup plus aléatoire.

L’opportunité de réaliser cette cure de rajeunissement m’a été fourni par Patou – pilote Cévenol de véhicules historiques et ami – qui avait un vieux moteur de réserve pour sa Talbot Sunbeam de 1982. Cette voiture n’étant pas destinée à courir en VHC, le choix de pièces moteur non d’origine n’était pas un point bloquant. Je pouvais donc donner libre cours à mon imagination.  

IMG_4731

Voici le vieux moteur Lotus de rechange « encore dans son jus », tel qu’il est arrivé dans l’atelier du Drink Team

La première opération a été de faire un démontage complet de ce moteur, pour évaluer si les travaux envisagés étaient économiquement réalisables. En effet, certains vieux moteurs trop endommagés ne sont malheureusement bons que pour repartir au recyclage chez le ferrailleur. Fort heureusement, notre base ici était saine: le bloc et la culasse étaient en bon état et le vilebrequin bien qu’usé mais toujours en cotes d’origine était récupérable. Dans les pièces essentielles, seul l’ensemble pistons, chemises et segments devait être remplacé.

 

IMG_4754

Le jeu à la coupe des segments est ici révélateur d’une usure conséquentes: il faut tout changer.

Toujours dans le soucis d’installer des pièces performantes mais bon marché (donc de grande diffusion), il me fallait redéfinir un ensemble bielles pistons qui offrirait à la fois des performances intéressantes allié à un prix attractif.

Dans le monde des fabricants de pièces automobiles (les constructeurs fabriquent de moins en moins et sous-traitent leurs besoins à différents fournisseurs), il y a les pièces dites d’origine qui sont conformes au cahier des charges du constructeur et d’autres dites « adaptables » qui sont souvent de qualité plus ordinaire. En marge de cette fabrication courante, il y  a également des fournisseurs spécialisés dans les pièces de compétition qui proposent des pièces « hautes performances » de qualité très supérieure. C’est là que les préparateurs font leur marché pour trouver des pistons forgés, des bielles et des vilebrequins forgés également ou des soupapes en métal exotique. Le cahier des charges de Patou était assez précis sur le niveau de préparation souhaité: Il voulait conserver la cylindrée et le vilebrequin d’origine pour ne pas introduire de maillon faible dans la transmission. C’est pas le tout de faire un moteur de 250 CV si le reste ne suis pas!

Notre choix s’est arrêté sur des pistons forgé Mahlé d’un alésage de 95.50 mm prévus pour un moteur de Nissan 350Z (trouvés en Angleterre) associé à des bielles Eagle en H en acier forgé de Mitsubishi (trouvés aux USA).

IMG_4768

Comparatif d’un ensemble bielle piston d’origine (en haut) avec nos pièces de remplacement. Le gain de poids réalisé sur chaque ensemble bielle piston est de plus de 600 gr.

La détermination de la longueur de la bielle et de la hauteur de compression du piston constitue la partie délicate de ce choix. Il faut dans un premier temps mesuré précisément la hauteur du plan de joint du moteur, c’est à dire la distance qu’il y a entre l’axe du vilebrequin et la culasse.

Combo Lotus V2

La hauteur du plan de joint doit être sensiblement égale à la demie-course du vilebrequin plus la longueur de la bielle (cote d’entraxe tête pied) plus la hauteur de compression du piston. Les pistons modernes ayant des segments plus fins, des jupes plus courtes et des axes haut perché, il convient donc d’avoir des bielles plus longues si l’on souhaite conserver la course d’origine

Le réalésage des chemise amovibles d’origine n’étant pas prévu par Lotus, il nous fallait fabriquer une plaque de rectification pour d’une part maintenir les chemises en place et d’autre part pour simuler les efforts de la culasse sur les hauts de cylindres.

IMG_4965

Détail de la plaque de rectification mise en place sur le haut moteur pour pouvoir rectifier précisément les chemises d’origine (de 95.20 on va passer à 95.50 mm)  

Coté vilebrequin, excepté une rectification des paliers et des manetons pour s’adapter aux nouveaux coussinets et aux nouvelles bielles, il n’y avait pas d’autre modification de prévue. Le volant moteur allait par contre subir une petite cure d’amaigrissement histoire d’améliorer les montés en régimes.

IMG_4990

Calage du volant sur le mandrin du tour pour qu’il tourne rond …

IMG_4988

… et usinage de la partie externe pour lui retirer environ 1,4 kg.

IMG_4989

Compte tenue du grand diamètre du volant, il m’a fallu démonter la couronne dentée pour qu’elle puisse passée sur le banc du tour.

IMG_4997

La couronne qui a été découpée devant fait 290 mm de diamètre externe, 270 de diamètre interne et 15 mm d’épaisseur (soit environ 1 kg)

IMG_4999

Le volume supprimé à l’arrière est plus modeste (environ 51 cm3 soit 400 g)

Dans les travaux de restaurations, il y a des tâches plus ingrates que d’autres, c’est à dire qu’elles nécessitent beaucoup de temps pour un résultat somme toute assez moyen. C’est le cas par exemple du nettoyage en général. Celui du moteur lui même, mais aussi de toutes ses pièces périphériques. On peut cependant quand c’est possible, mettre en valeur un nettoyage ordinaire en ajoutant une couche de peinture ou un traitement de surface pour obtenir une finition originale qui se remarquera. Le travail devient alors plus valorisant et moins fastidieux. C’est ce que j’ai fait pour les carburateurs.

Ce moteur est équipé d’origine d’une paire de carburateurs Dell’Orto type 45 DHLA. Au fil du temps, à rester plus de dix ans dans une cave et privé de lumière, ces carburateurs étaient devenus hors d’état de fonctionnement. Les axes de papillons étaient grippés ainsi des les commandes de starter et de pompe de reprise. Les membranes et autre joints toriques étaient devenus secs et cassants et un reconditionnement général s’imposait.

IMG_4772

Carburateur Dell’Orto case départ: il manque un cornet mais celui en place n’est pas économiquement récupérable (le chromage coûte maintenant très cher)

Fort heureusement, on trouve encore dans le commerce des kits de remise en état très complets.

kit Dell Orto

Kit complet de reconditionnement incluant toutes les pièces d’usure, les membranes et les joints

Comme pour le moteur, la première opération a été de faire un démontage complet des carburateurs (il y a beaucoup de pièces) et de nettoyer chacune d’elle  dans une cuve à ultra-sons. Ensuite, après un dégraissage complet, on fait une préparation de mise en peinture. Enfin, on applique quelques couches d’une peinture spéciale résistant aux hydrocarbures qui va redonner un air plus pimpant à notre carburateur.

Dell'Orto 45 DHLA

La peinture est terminée. Il reste encore à remonter le carburateur avec les nouvelles pièces du kit de reconditionnement et des vis neuves.

A suivre … 

Dans :
Par nanard289
Le 11 juin, 2017
A 23:12
Commentaires : 0
 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

malcommo |
controle technique automobi... |
Livraison,Rapide,Discrete e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elecrazy
| Racing Team 21
| FATYZ : ACTROS DRIVER