The Drink Team … et saucisson

L'association de plusieurs passionnés permet de surmonter les difficultés inhérentes à la restauration de voitures anciennes

 

Présentation

Bonjour tout le monde

Derrière ce titre de blog farfelu, un groupe d’amis – passionnés de voitures de sport et de compétition anciennes – se retrouve régulièrement dans des meetings, sur des circuits ou tout simplement à table devant un saucisson et une bonne bouteille : c’est le « Drink Team ». Ce titre est évidemment un clin d’oeil au célèbre « Dream Team » de Feu Carroll Shelby qui en 1965 a réussi l’exploit – avec des moyens dérisoires – d’amener les AC Cobra  au titre mondial de la prestigieuse catégorie Grand Tourisme.

On a beau être un passionné, tout seul on n’est pas grand chose et les difficultés d’une restauration ou la préparation de voitures de compétition – mêmes anciennes – peuvent parfois sembler insurmontables. Cependant, quand on s’y mets à plusieurs, les tâches divisées prennent une dimension humaine et sont beaucoup plus aisées à résoudre, chacun opérant dans son domaine de prédilection.

Dans ce blog, je vais essayer de vous faire vivre les principales étapes de la « résurrection » d’une berlinette Alpine 1600S de 1971 que mon ami Dreyfus avait eu l’opportunité d’acheter en 2008 à l’état d’épave. Reportez vous pour cela dans le récapitulatif des liens de droite qui renvoi aux principaux sujets qui sont décrits. Le premier chapitre parle des principales étapes de la restauration d’une 1600S. Le second chapitre est consacré au développement d’un moteur où à l’instar du département Renault Sport, nous avons également modifié un 1600 en 1800 … mais en s’écartant des solutions traditionnelles et avec des moyens plus modestes. J’espère simplement qu’à travers les descriptions des problèmes rencontrés et des solutions adoptées ainsi que des illustrations indispensables qui s’y rapportent, nous réussirons à vous communiquer également « l’envie d’entreprendre » une aventure similaire.

La belle endormie dans sa robe de poussière telle qu’elle nous est apparue quand on l’a découverte avec mon ami Dreyfus à l’oubli dans un hangar

Présentation img_2502-224x300

Coté compartiment moteur, l’abandon devient ici désolation

img_2483r-300x192

« Sortie de grange »

Aujourd’hui, même si le  remontage n’est pas encore tout à fait terminé, elle a tout de même plus fière allure

depart-ct-1-300x207

Pour compléter la page de présentation, voici ses plaques constructeur d’identification de notre belle endormie.

num-chassis-300x225

 

Dans :
Par nanard289
Le 24 août, 2011
A 13:25
Commentaires : 38
 

38 Commentaires

1 2 3 4
  1.  
    Marcou 32
    Marcou 32 écrit:

    Bonjour Nanar,
    Je decouvre tardivement mais avec plaisir votre site que je parcours avec attention.
    J’ai plusieurs son de cloches,mais pas de certitudes,pouvez vous me dire concernant la pompe kugel,si le sens de rotation suivant le montage est important,ainsi que le raccord calibré de sortie retour?
    Êtes vous Nanar de la fameuse et mythique coupe gord,de nos jeunes années ?
    Merci de vous lire,et précieux conseils

  2.  
    christophe
    christophe écrit:

    Bonjour,
    j’aimerais preparer un moteur C 1400 C2J d’une R5TS. Je suis très interessé par vos tiges de culbu allegeés et aimerais savoir si vous pourriez m’en realiser un jeu ?

    merci d’avance pour votre réponse.

    christophe

    •  
      nanard289
      nanard289 écrit:

      Bonjour Christophe
      Il y a deux obstacles à franchir pour cela:
      - Les tiges de culbuteurs installées sur le bloc fonte d’une R5TS sont plus fines et plus longues que celles sur les blocs 1600 alu que nous fabriquons. Il faut donc dans un premier temps s’assurer qu’il est possible d’agrandir les passages dans la culasse (trous oblongs de 10 x 11 mm mini).
      - les rotules coté poussoirs et les cuvettes coté culbuteurs ont-elles les mêmes diamètres que sur un moteur Renault de 1600 cc?
      Dans l’expectative, veuillez m’indiquer la longueur hors tout d’une de vos tiges pour que je puisse vous envoyer un échantillon. Ceci vous permettra d’une part de voir la possibilité du passage de la tige à travers la culasse et d’autre part de vérifier la compatibilité des embouts sphériques (mâle et femelle)
      Bien cordialement
      Bernard

  3.  
    Kartmann
    Kartmann écrit:

    Bonjour,
    Super site, très intéressant,content de voir que d’autres personnes pense comme moi, si l’on restaure une voiture ce n’est pas pour refaire les mêmes conneries de l’époque et qu’il faut améliorer certaine fonction comme les freins,mettre des fusibles… etc sans aller dans l’excès et en gardent au mieux la morphologie de la voiture.
    A bientôt dans tes nouvelles aventures!

    Cordialement

    •  
      nanard289
      nanard289 écrit:

      Bonjour Kartmann

      Merci pour ton commentaire élogieux qui nous conforte dans notre démarche. Selon le grand architecte Viollet le Duc, la restauration d’une maison ancienne, d’un château ou d’un monument historique ne consistait pas à reconstruire à l’identique de façon simpliste les parties outragées par le temps, mais à réaménager intelligemment l’intérieur de l’édifice pour que son habitation reste confortable, tout en conservant son style d’époque pour ne pas le dénaturer. C’est un exercice difficile qui ne plait pas à tout le monde et il a été sévèrement critiqué en son temps par quelques architectes intégristes jaloux de son succès médiatique. Dans le domaine de la voiture ancienne l’approche me parait similaire et – sauf à vouloir conserver la voiture « dans son jus » pour un musée – il ne faut pas craindre de faire quelques modifications qui améliorent la sécurité, ne serait-ce que par égard aux autres automobilistes avec lesquels nous partageons la route.
      Bien cordialement
      Bernard

  4.  
    Marc
    Marc écrit:

    Bonjour Bernard !
    Au hasard de mes recherches sur interner, je suis tombé sur la page traitant de la culasse du R 16 TS et le prénom « Marc » semble indiquer qu’il s’agit de moi- Même !

    Si j’ai bien regardé après un bon départ, la fraise est passée de l’autre côté de la cloison… Dommage ! à l’époque, il y avait moins de précision dans les bruts des pièces

    Beaucoup de beau travail, des heures de travail ! mais pas d’indication des budgets alloués ou dépassés
    Pour ma part, je suis bien loin de tout cela. PB de temps et je ne suis pas encore à la retraite !

    Mes préoccupations basiques sont encore « comment nettoyer une boîte et s’assurer qu’il n’y a plus de sable du tout …
    avant de l’ouvrir ?
    Comment bien nettoyer l’alu des carters et le garder « nickel »

    Côté boîte j’aimerais bien loger une mécanique de R 5 turbo dans la 330
    Il y a entre autre le boîtier de différentiel à ré-usiner mais il faut avoir les bonnes cotes et on entre dans la zone réservée des préparateurs qui gardent tout cela…
    Comme je n’ai pas plus de monnaie que de temps, cela reste en attente…

    Bien le bonjour et bon courage !
    Marc Lapierre

    •  
      nanard289
      nanard289 écrit:

      Bonsoir Marc,
      Content d’avoir de tes nouvelles et d’apprendre que tu as toujours des projets en cours. Oui, il s’agit bien de ta culasse qui nous a servi (malheureusement) de cobaye sur ce projet. J’ai bien sur été très contrarié par cet échec d’usinage mais je me suis consolé en me disant qu’il y a plus d’enseignement à tirer d’une défaite que d’une victoire. Pour le problème du budget qu’il a fallu investir pour mener ce projet à son terme, nous avons partiellement abordé ce sujet à la fin de la page de présentation de notre 1800cc spécial http://nanard289.unblog.fr/presentation/preparation-dun-moteur-1800cc/
      Pour tes problèmes de nettoyage de boite, si tu dois la démonter, je pense qu’un nettoyage fait individuellement pour chaque pièce après son ouverture sera beaucoup plus facile et efficace à réaliser.
      Pour tes modifications de moteur en général ou de boite de vitesse en particulier, il n’y a pas de secret ni de « sorcellerie de préparateur » mais des solutions de remise en œuvre rationnelle de la mécanique. La barrière entre le bricoleur et le professionnel vient souvent des moyens d’usinage et de la qualité de l’outillage dont dispose ce dernier et dont l’investissement ne se justifie pas pour un simple particulier.
      Bonne suite dans tes projets avec nos encouragements les plus cordiaux.
      Bernard

  5.  
    MEC
    MEC écrit:

    Bonjour. Je suis le gus derrière le blog MEC que vous avez eu la gentillesse de mettre en lien. J’avoue humblement que je ne vous connaissez pas et que ce n’est qu’en regardant – pour une rare fois – les sources de consultations de mon blog que j’ai découvert que certains de vos lecteurs étaient venus voir ce qui se passait sur MEC (ils ont d’ailleurs dû y être déçu car je n’ai pas une grande culture voiture). Pour vous remercier je vous envoie donc ce mail et j’ai illico mis « the drink » dans les liens de MEC. Cordialement. Hervé

    •  
      nanard289
      nanard289 écrit:

      Bonjour Hervé
      Merci de ton clin d’œil sympathique et de ton retour de courtoisie. Je constate cependant qu’en vieillissant, tu vouvoies les anciens du Bouclard d’Alfortville! C’est un peu frustrant car je garde de cette époque un souvenir formidable. As tu fini de remonter ton 250 Bultaco qui devrait – avec tous les soins que tu lui as prodigués – marcher comme un avion ? Parmi les lecteurs de ce blog consacré principalement à la bidouille mécanique et accessoirement sur l’automobile, il y a quelques motards qui viennent nous voir de temps en temps. Je suis sur que tout comme moi, ils sont ravis de découvrir le MEC et de lire ta prose toujours pleine d’esprit qui indépendamment des sujets traités rend la lecture de ton blog toujours intéressante.
      Amicalement
      Bernard

1 2 3 4

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 
 

malcommo |
controle technique automobi... |
Livraison,Rapide,Discrete e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elecrazy
| Racing Team 21
| FATYZ : ACTROS DRIVER